04
Oct

0

Retour sur la conférence sur l’avenir de l’Europe avec M. Van Rompuy et M. Dubrulle (Club de Rome EU-Chapter)

Ce 2 octobre 2019, l’Economist Club a accueilli Herman van Rompuy, premier Président permanent du Conseil Européen et Mark Dubrulle, Président émérite de la section UE du Club de Rome à Bruxelles, pour débattre sur le thème « Europe: capitalisons l’expérience commune pour un développement durable ambitieux ». Une cinquantaine de participants ont eu le privilège d’écouter ces deux orateurs d’exception s’exprimer sur le brulant sujet d’actualité que représente le développement durable.
Mark Dubrulle a présenté le Club de Rome, un groupe de réflexion animé par des scientifiques, des économistes, des fonctionnaires de l’OCDE et des industriels dès la fin des années 1960. Le Club de Rome a vite gagné en notoriété suite à la publication en 1972 de son ouvrage-phare « The limits to Growth », traduit dans 37 langues et publié à plus de 10 millions d’exemplaires. Pour la première fois, ce rapport aborde les limites physiques de l’industrialisation et de la croissance et prévoit les pénuries de matière premières, ainsi que la forte croissance démographique et la dégradation de l’environnement et des conditions de vie. Depuis 2002, l’association Club de Rome EU-Chapter, assure en Belgique la promotion des réflexions du Club de Rome sous la présidence de Mark Dubrulle, pour qui les enjeux restent plus que jamais le changement climatique, les migrations, la stabilité monétaire et les valeurs culturelles.
À l’image de sa modestie légendaire, Herman Van Rompuy s’est présenté devant les membres de l’Economist Club comme un économiste et « un collègue ». Il est entré sans détours dans le sujet en expliquant la notion de durabilité et l’urgence de changer les modes de vie. Malheureusement le « sense of urgency » manque tout autant que les moyens. Il a déploré que c’est historiquement « avec le dos au mur, l’abîme devant soi et le couteau sous la gorge, que l’on devient courageux». Si les objectifs de réduction des gaz à effet de serre sont européens, les mises en œuvre sont nationales.
Hermann Van Rompuy a cependant tenu à montrer quelques marques d’espoir. Il constate les volontés d’investissement, notamment avec le plan Juncker (500 milliards €). Nous attendons également l’annonce du « Green Deal for Europe » qui va prochainement être présenté par la nouvelle commission, avec l’ambition d’une Europe neutre en carbone en 2050… rappelant toutefois que « la Commission propose mais que ce sont les Etats Membres qui disposent ».
Après le retrait des USA des accords de Paris, l’Europe est le premier acteur en matière de développement durable. Le mot de la fin d’Herman Van Rompuy restera une injonction à chacun de prendre des mesures à tous les niveaux possibles « nous ne devons pas nous décevoir nous-mêmes, ni décevoir les autres pays qui nous regardent ». Résumé réalisé par Sylviane Le Roy.
Consulter la présentation de M. Nicolas Simons
Consulter le discours de M. Mark Dubrulle
Consulter le discours de M. Herman Van Rompuy
Voir les photos réalisées par M. Jean-Pierre Wernier.